The Tatami Galaxy

qUgzEjE

L’un des meilleurs animés de 2010 et un rappel de pourquoi l’animation japonaise est un medium si important. Voici un animé qui ose imposer son propre style et sort du carcan démographique typique et imposé de l’animation.

La premiere chose qui frappe, c’est le rythme de la série, frénétique. On a vite fait de perdre le fil mais ce qui nous retient, c’est l’humour ; noir bien sur et infusé de moments de vérité qui tapent là où il faut. L’animation est très artsy et pourra en rebuter certains mais l’absurdité visuelle a le mérite d’être en phase avec le propos traité. Chaque bizarrerie et étrangeté mise en scène sert de représentation et elles créent l’atmosphère autant que le reste. Le travail sur la couleur des personnages en lien avec leur personnalité a de quoi laisser bouche bée. Tout y est inventif et souvent très beau.

Le scénario est assez simple, composé de versions alternatives d’événements précis de la vie de notre héros. Tous sont liés par des points communs (Watashi rejoint un club dans l’espoir de vivre pleinement sa vie d’étudiant, n’arrive pas à s’intégrer, prépare la manifestation de sa frustration avec Ozu) qui ont bien sur leur importance. Les personnages eux sont fabuleux, correspondent tous à des personnalités que vous avez pu côtoyer. La marque de fabrique du scénario permet, à tour de role, d’en comprendre plus sur chacun d’entre eux. Ce n’est qu’au terme des 11 épisodes que vous pourrez pleinement apprécier toute la complexité d’un personne comme Ozu, qui parait pourtant si cliché au départ.

C’est une belle histoire sur l’adulescence, qui pourra raisonner avec beaucoup d’entre vous pour qui les moments passés à l’université et la découverte de la Vraie vie d’adulte ont été au final plus difficiles que la puberté ou autre point tournant de votre vie. Comme beaucoup, Watashi passe son temps à se plaindre que ses rêves lui échappent. Ses frustrations sont les choses qu’il n’arrive pas a contrôler (ou celles qu’il peut contrôler et qu’il choisit d’ignorer) et à quel point le destin semble s’acharner sur lui. Sa facilité à rationaliser ses mauvais choix et son manque d’introspection sont des traits partagés par tous. C’est au final l’histoire d’un garçon qui apprend à accepter le monde comme il est et découvre que la beauté est partout, et pas seulement ce que l’on voudrait qu’elle soit.

Il est rare de trouver un show aussi zinzin qui en dit autant sur notre vie et dans lequel on peut autant s’identifier.

9/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :